Le Groupe 3iL salue son directeur général M. Ali Mankar Bennis et ses 32 années au service de 3iL et accueille sa nouvelle directrice générale, Mme Dominique Baillargeat.

Après 32 ans au service de 3iL, M. Ali Mankar Bennis, figure emblématique de ce pôle de formations supérieures en Limousin (ex), tend le flambeau à Mme Dominique Baillargeat, qui a pris ses fonctions le 1er janvier 2020.

Deux personnes, deux styles, deux visions complémentaires. Le passage de témoin s’est fait à un moment charnière pour 3iL car le vent du changement souffle depuis 2018 au sein du Groupe. De nouveaux programmes, de nouvelles recrues, une rénovation intégrale des locaux, un nouveau positionnement… autant de points de départ pour une version 2.0 du Groupe 3iL, de ses écoles et de ses formations.

Mais d’abord, coup de projecteur sur ces 32 dernières années.

32 ans au service de 3iL, ce sont une multitude de rencontres, d’histoires simplement humaines, des collaborateurs du début, ceux qui sont restés, ceux qui ont laissé leur empreinte, pas moins de 32 naissances à fêter, des projets simplement évoqués, certains avortés, d’autres montés en force ou enfantés dans la joie, des projets qui ont grandi et ont fait l’histoire et la force de 3iL.

Que retenir de ces 3 décennies avec Ali Mankar Bennis ? Le développement des formations informatiques à l’international, des liens très forts tissés avec l’Afrique et notamment le Cameroun, le Burkina Faso, le Maroc…, le développement de l’alternance pour tous les programmes du Groupe, sous toutes ses formes et sur tous les campus nationaux, la création d’un cycle préparatoire intégré, la certification de toutes les formations du Groupe 3iL…autant de succès au palmarès de cet acharné du travail, de ce passionné aux connaissances extraordinaires du monde de la formation supérieure et de ses liens avec le marché de l’emploi.

Mais alors, reste-t-il quelque chose à faire pour Dominique Baillargeat ? 😊

Bien qu’officiellement directrice générale depuis le 1er janvier 2020, Dominique Baillargeat œuvre au développement du pôle informatique du Groupe 3iL depuis de nombreuses années. Enseignante en physique, responsable du cycle préparatoire, responsable de l’activité recherche, Dominique Baillargeat a été nommée directrice des relations extérieures en 2014 puis directrice de 3iL Ingénieurs en avril 2018. A ce titre, elle est notamment à l’initiative du parrainage des promotions du pôle informatique par les entreprises, de l’obtention du label EESPIG[1] et de l’entrée de 3iL Ingénieurs à l’UGEI[2].

Ses ambitions sont aussi fortes que celles qui ont porté son prédécesseur : développer la Recherche avec un pôle orienté « réalité virtuelle » au sein du pôle informatique, développer l’accueil d’internationaux sur le campus limougeaud avec des programmes totalement bilingues, inscrire le Groupe 3iL comme un acteur incontournable du territoire aux côtés de l’Université de Limoges, cultiver la proximité avec les élèves, au cœur de la philosophie du Groupe depuis ses débuts et bien sûr, conserver ou obtenir les plus hauts label de qualité pour les formations du Groupe (France Compétence, CTI, CGE).

Pour l’heure, sa mission principale a été de s’adapter aux événements liés au Coronavirus, qui secouent la France et le monde en entier, et d’assurer, avec toute son équipe, la continuité pédagogique et le soutien aux élèves, dans ces circonstances improbables et compliquées. Une passation au rythme effréné.

« Que les élèves soient heureux dans nos écoles, c’est ça pour moi le plus important », confie Dominique Baillargeat. « Le bateau est entre de bonnes mains », conclut Ali Mankar Bennis.

 

[1] Etablissement d’Enseignement Supérieur d’Intérêt Général
[2] Union des Grandes Ecoles Indépendantes

Quelques mots sur Ali MANKAR BENNIS

Ali Mankar Bennis, c’est l’histoire d’un homme et l’histoire de 3iL, les deux étant indissociables l’un de l’autre. Arrivé en France en octobre 1972, AMB, comme on l’appelle à 3iL, clôt ses 8 années d’études par une thèse obtenue en 1980 et consacrée à la réalisation (informatique) d’un enregistreur d’activité cardiaque numérique embarqué (directement sur le patient). « On parlait déjà d’objet embarqué programmé, il y a 40 ans. Les systèmes embarqués ne sont pas si nouveaux », explique-t-il dans un sourire.

De 1977 à 1980, AMB a enseigné : « les mathématiques surtout, mais aussi des activités manuelles et techniques, du sport et de la musique ! C’était une autre époque, j’allais là où il y avait des besoins ».

A partir de 1980 et jusqu’en 1987, AMB travaillera pour Alcatel, son laboratoire de recherche et son centre téléphonique, devenant chef d’équipe Test et optimisation des données et faisant partie de l’équipe de recherche et d’intégration. Il sera détaché pour participer à la création de l’école d’ingénieurs ENSSAT, à Lannion, et monter la partie pédagogique Logiciel et systèmes informatiques. « Je me souviens même avoir monté les salles, vissé les tables et enseigné, à l’époque dans la chapelle. Nous partions de rien ».

En 1987, un cabinet de recrutement le contacte et sa vie bascule : « on m’a annoncé une mission dans le sud de la France. Je n’ai su qu’à la fin qu’il s’agissait de Limoges (rires). » Missionné par la Chambre de commerce et d’industrie de Limoges et de la Haute-Vienne pour développer l’école supérieure d’informatique de Limoges, AMB commence à écrire l’histoire de 3iL.

Qu’il s’agisse des locaux, des programmes, du personnel administratif et enseignant, des étudiants, Ali Mankar Bennis part d’une simple note d’intention : il s’agit d’aider la CCI à répondre au besoin important d’encadrement des entreprises de la région dans le secteur de l’informatique.

« Si je devais citer les projets dont je suis le plus fier : la création de la prépa intégrée, les certifications de toutes les formations portées par le Groupe 3iL, la création de 3iL Alliance, 3iL Afrique centrale, le développement de l’alternance, l’ouverture du campus de Rodez qui est la seule école de province à avoir un partenariat avec le patronat industriel (IUMM) et le Syntec numérique.

Je garde en tête quelques dossiers inachevés : un 3iL Paris, l’arrêt de la formation continue et du projet 3iL Maroc en 2016 après de belles années de réussite. »

Ainsi, après 32 ans de bons et loyaux services, ce sont plusieurs tomes d’une longue histoire que nous pouvons lire et des écoles en plein devenir que nous pouvons contempler.

 

 

Quelques mots sur Dominique BAILLARGEAT

Boursière de l’enseignement supérieur, Dominique Baillargeat a suivi des études scientifiques à Poitiers où elle rencontrera son mari puis à la faculté des sciences de Limoges où elle décrochera un DEA puis un Doctorat d’électronique. « Je me souviens, c’était la guerre entre les Poitevins et les Limougeauds. A qui décrocherait la première place ! » (rires). Dans le même temps, monitrice de l’enseignement supérieur, elle enseigne la physique et notamment la thermodynamique dans les travaux dirigés qui dépendent d’un cours magistral enseigné par Alain Célerié, actuel président de l’Université de Limoges. « C’est pour ça qu’on se connaît aussi bien avec Alain ! ».

Elle fera sa thèse en collaboration avec le CEA/CESTA (Commissariat à l’Energie Atomique du Centre d’Etudes Scientifiques et Techniques de l’Aquitaine), dans l’équipe du Professeur Pierre Guillon à l’Institut de Recherche en Communications Optiques et Microondes de Limoges (URA CNRS n°356), aujourd’hui XLIM, dont son mari Dominique Baillargeat (et oui) sera le directeur 20 ans plus tard.

Sa thèse obtenue, DBD décroche un poste d’enseignante en électronique à l’ESIEE (Ecole Supérieure d’Ingénieurs en Electronique et Electrotechnique) d’Amiens. Son mari obtient un poste de maître de conférences à Limoges et y reste. Après 3 ans d’allers-retours, DBD postule au poste d’enseignant en physique qui se libère à 3iL. Elle fait son entretien d’embauche avec Ali Mankar Bennis qui la recrute alors même qu’elle est enceinte et qu’elle ne pourra pas assurer ses missions à la rentrée de septembre ! « Il y en a peu qui l’aurait fait. Je me rappelle d’Emmanuel (ndlr : l’actuel directeur des études) qui n’avait pas remarqué en entrant dans le bureau que j’étais bien enceinte et que cela risquait de poser quelques soucis à la rentrée » (rires). Elle intègre officiellement 3iL en janvier 1998 pour se retrouver, 22 ans plus tard, à sa tête.

Portant désormais la vision et les projets du Groupe 3iL et de ses écoles, DBD souligne avant tout sa passion absolue pour les élèves et l’enseignement : « J’adore enseigner, j’adore les élèves. C’est ma raison de vivre. Ne plus faire cours, c’est ce qu’il y a de plus compliqué pour moi aujourd’hui car, même si fais tout pour rester proche des élèves, ce n’est pas la même complicité ».

Et pour cette femme qui aime le rythme, il y a de nombreux challenges à relever : « Je n’ai jamais aimé la routine. J’aime bien quand ça change. Là c’est sûr, je suis servie ! » (ndlr : faisant notamment référence à la situation relative au Coronavirus).

« Ma mission est simple au final : qu’ils restent deux ans, trois ou cinq ans avec nous, je souhaite profondément que les élèves soient bien chez nous et qu’ils s’en souviennent ».

A propos du Groupe 3iL

 

Fondé en 1987, le Groupe 3iL propose, avec le soutien de la CCI de Limoges et de la Haute-Vienne, des formations supérieures en informatique, en ressources humaines et prévention des risques, à destination d’étudiants en poursuites d’études mais également de professionnels en reconversion, en formation continue ou en VAE.

Pôle Informatique

Pôle Ressources humaines, sécurité et environnement

Profondément humaine et attachée aux valeurs de proximité et de service, l’équipe de 3iL a à cœur de proposer un encadrement de qualité et personnalisé. A l’écoute des entreprises et de leurs besoins, elle adapte son offre de programme pour permettre ainsi à près de 100% des diplômés du Groupe de décrocher un emploi, à leur mesure et dans tous les secteurs, dans un délai maximum de 6 mois après l’obtention de leur diplôme.