Master Recherche

Les élèves en dernière année d’école d’ingénieurs peuvent s’inscrire en 2e année d’un Master Recherche de l’Université de Limoges.

Deux diplômes sont proposés:

Master CRYPTIS : Sécurité de l’Information et Cryptologie.

Master ISICG : Informatique, Synthèse d’Images et Conception Graphique.

Les étudiants suivent les enseignements du tronc commun de 3iL et l’essentiel des modules du Master de la Faculté des Sciences. Le stage de 6 mois se déroule soit en entreprise, soit dans un laboratoire de recherche.

La recherche à 3iL

La recherche à 3iL s’effectue en partenariat avec le laboratoire XLIM de l’Université de Limoges. Suite à la convention de partenariat signée entre 3iL et l’Université de Limoges,

  • les enseignants chercheurs de 3iL effectuent leur recherche en tant que chercheurs associés à un des départements du laboratoire XLIM (Unité Mixte de Recherche Université de Limoges / CNRS 7252).
  • les étudiants de 3iL peuvent, dans le cadre de leur 3ème année d’études d’ingénieurs, suivre les enseignements de la 2ème année du Master indifférencié ISICG (Master Informatique, Synthèse d’Images et Conception Graphique) ou du Master indifférencié Cryptis (Master Sécurité de l’information et cryptologie, parcours sécurité informatique)  de la Faculté des Sciences et Techniques de Limoges, et obtenir le diplôme afférent.

Pour ce faire, 3iL est impliquée dans plusieurs départements de l’Institut de Recherche XLIM : Ondes et Systèmes Associés (OSA) – Micro et Nanotechnologies pour Composants Optoélectroniques et Micro-ondes  (MINACOM).

Les activités de recherche réalisées par des enseignants-chercheurs de 3iL au sein du laboratoire XLIM (UMR CNRS n° 7252) s’inscrivent pour l’essentiel dans la thématique des systèmes de transmission radiofréquences. Les principales attentes de leurs travaux sont, par exemple, la simplification des architectures, l’amélioration de l’efficacité et l’utilisation de fréquences très élevées (hyperfréquences).

Ces problématiques en cachent d’autres, peu visibles par l’utilisateur final. Citons par exemple l’étude des phénomènes de claquage qui sont très importants, en particulier dans le domaine spatial où les équipements électroniques sont soumis à des conditions de température et de pression extrêmes. La connaissance des limites de fonctionnement des antennes et dispositifs de filtrage est alors primordiale. La difficulté de ces études réside dans la multitude des phénomènes physiques mis en œuvre : thermique, mécanique, électromagnétique, etc.

Ces études conduisent à des réalisations qui intéresse la société dans sa vie quotidienne. Citons par exemple le développement de systèmes passifs d’imagerie permettant la conception de scanners utilisés dans les aéroports pour sécuriser le transport des voyageurs. Toujours dans le domaine aérien, d’autres projets visent à améliorer les systèmes d’assistance à l’atterrissage en augmentant la précision des GPS différentiels utilisés. Le secteur du spatial est également demandeur d’améliorations des systèmes de communication pour faire face à la demande toujours croissante en proposant les meilleurs coûts possibles. Les dispositifs ajustables en fréquences répondent pour partie à ces attentes.

Les études nécessaires à la réalisation de ces équipements s’appuient sur le développement de modèles numériques permettant d’effectuer de nombreuses simulations sur ordinateur. Cette phase incontournable ne peut être conduite que par des équipes pluridisciplinaires maîtrisant l’électromagnétisme, le comportement des matériaux, les outils mathématiques et informatiques, l’optimisation, etc.

Le métier d’enseignant-chercheur procure des activités d’une grande richesse intellectuelle et humaine. L’image du chercheur travaillant seul dans son laboratoire est largement dépassée car les projets de recherche actuels sont construits et réalisés en équipe formée bien souvent, dans le cas qui me concerne, de chercheurs d’horizons divers où la multiplicité des spécialités est incontournable (hyperfréquences, antennes, optimisation, mathématiques, programmation, …)

Cette activité foisonnante  est doublée par l’enseignement qui est également une école de rigueur, d’exigence, d’adaptabilité et demandant de la disponibilité. Mon activité de recherche réalisée au sein du laboratoire XLIM (UMR CNRS n° 7252) me permet d’accompagner des élèves désireux de s’orienter vers la recherche et le développement.

L’enseignant et le chercheur se nourrissent l’un l’autre faisant ainsi l’unité de l’enseignant-chercheur.

Christophe Durousseau

Enseignant-Chercheur – 3iL Limoges

La double compétence «enseignement-recherche» me permet d’évoluer en permanence et de faire profiter mes élèves d’exemples concrets. Je pense que c’est une réelle chance partagée : les étudiants sont particulièrement motivés par les projets liés à mes activités de recherche notamment le thème de l’intelligence artificielle. La connaissance de l’état de la recherche permet d’enrichir les cours avec de nouvelles méthodes et technologies et de donner aux étudiants les réelles perspectives d’un domaine.

Paul Pitiot

Enseignant-Chercheur – 3iL Rodez

CONTACT

DÉBOUCHÉS & CARRIÈRES

DOWNLOAD

PLAQUETTE INTERACTIVE

CAMPUS

TÉMOIGNAGES

S'INSCRIRE